Les années 1800

 

 Photos, (cliquez pour agrandir)

 

 

Daguerréotypes

 

Année: 1850

 

Origine: États-Unis

 

Propriétaire: Georges Hagelberger

 

En 1725 un physicien Allemand découvre que la lumière modifie la couleur de la craie imprégnée d'une solution d'argent dans l'acide nitrique.

Plusieurs autres "sorciers" vont améliorer et établir ce principe définitivement. Mais c'est le Français Nicéphore Niepce qui teste les sels d'argent sur papier mais les résultats ne sont pas à la hauteur avec des images floues et pâles. La solution passe par l'utilisation et la sensibilisation de plaques métalliques en étain enduite d'un vernis au bitume de Judée. Que lorsque celui-ci était dissous dans un solvant reproduisait une gravure et en exposant le tout à la lumière. Le vernis durcissait lorsqu'il était atteint par la lumière ou restait mou sous les traits de la gravure. Venait ensuite le lavage de la plaque qui éliminait les parties non durcies pour laisser une image permanente. Nous sommes alors en 1822. En 1827 Niepce prend la première photo de sa fenêtre.

Louis Daguerre dès 1837 finalise ces expériences en utilisant une couche d'iodure d'argent photosensible sur une plaque d'argent. Dans une chambre noire la plaque ne se modifiait pas, mais une fois exposée aux vapeurs de mercure il se formait alors un amalgame avec les petits points d'argent produits par une source lumineuse. La dernière opération était de fixer l'image avec une solution de sel très concentré. Daguerre présenta sa découverte le 7 janvier 1839, en contre partie le gouvernement lui alloue une pension à vie.

 

Au vu des explications on aperçoit une surface argentée pour le grand coffret, les couleurs du visage rose et le blanc de la coiffe étaient repris à la main. La signature du photographe et de l'artiste car il s'agit bien de cela se trouvait parfois au dos du daguerréotype, donc invisible ici, un léger halo visible.

Pour le petit bon état de l'ensemble une adresse gravée dans le pourtour doré 385 Brodway.

Test plan incliné aspect miroir (daguerréotype).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Daguerre

 

 


 Ambrotype

 

Année: 1860

 

Origine: États-Unis

 

Propriétaire: Georges Hagelberger

 

 

Vient ensuite l'ère de l'ambrotype en 1856 inventé par le professeur Hamilton Smith résidant dans l'Ohio.

Ce mode opératoire se prêtait parfaitement à la réalisation de portrait. Le mode opératoire étant le développement, le fixage, le lavage et le séchage de la plaque. Venait ensuite le vernissage du cliché et les finitions (rehaussé de peinture, visage, vêtements etc.) L'image représente une femme, les bijoux sont rehaussés d'or.

 


Ferrotype

 

Année: 1865

 

Origine: États-Unis

 

Propriétaire: Georges Hagelberger

 

  

Le procédé Ferrotype fut mis au point par le français Adolphe Alexandre Martin (1824-1896). En 1853, il tente l'expérience de remplacer la plaque de verre utilsée dans le procédé ambrotype par une fine plaque de fer recouverte d'un verni noir ou brun au collodion, (le collodion est composé de nitrocellulose dissoute dans un mélange d'éther et d'alcool et conservé sous forme liquide dans un récipient fermé ou sous forme de film une fois le solvant évaporé. Il fut découvert par Louis Ménard en 1846. Le collodion se présente comme un vernis séchant rapidement et laissant derrièe lui une feuille transparente et souple assez semblable en texture et apparence à de la cellophane.) Il obtient ainsi une image positive qui peut ensuite être facilement gravée sur la plaque de fer puis imprimée. Bien que Martin constate la qualité des images qu'il obtient par ce procédé, à aucun moment il ne réalise l'intérêt commercial qu'il pourrait en tirer. En 1855 Hamilton Smith (1819-1903), qui est professeur de chimie au collège Kenyon de gambier dans l'Ohio (États-Unis) reprend les travaux de Martin et reproduit la même expérience. Un de ses élèves Peter Neff Jr. voit tout de suite le potentiel offert par ce moyen bon marché de reproduction d'images. Il propose à son professeur de se charger de l'industrialisation de ce procédé qu'il fait breveter en février 1856 sous la désignation de <<Melainotype>>. Par la suite un autre élève du collège Kenyon Victor Moreau Griswold se lance à son tour dans la production de plaques de fer photosensibles, il appellera son produit <<Ferrotype>>. Comme l'ambrotype, le ferrotype utilise une base photosensible au collodion. Celle-ci est étalée sur une plaque de fer de 0,15 mm d'épaisseur qui a été préalablement recouverte de vernis noir. L'image ainsi obtenue est un positif direct.

 

Ce ferrotype est un témoignage authentique de l'histoire de la photographie.

 


Modèle: Flash à "poudre à éclairs"

 

Marque: Inconnue

 

Année: Environ 1890

 

Origine: Inconnue

 

Propriétaire: Georges Hagelberger

 

En 1887, deux chimistes allemands Adolf Mieetke et Johannes Gaedicke inventent la "poudre à éclairs". Il s'agit d'un mélange explosif fait de magnésium, de chlorate de potassium et de sulfure d'antimoine.

Quelques photographes commencèrent alors à utiliser cette "poudre à éclairs" durant leurs prises de vues afin de tendre à raccourcir les durées d'exposition.

Différents système utilisant de la "poudre à éclairs" furent proposés, sur le modèle ci-contre vous pouvez observer le trou ovoïde au milieu du réflecteur qui permettait de passer une flamme par l'arrière pour allumer la poudre dans le petit réceptacle en laiton qui se trouve en dessous, ce qui évitait des brûlures pendant l'allumage qui déclenche une explosion, une chaleur très violente et une lumière très vive, sans parler de la fumée.

Cet objet est très rare, une pièce maitresse de ma collection.

 

 


 Modèle: Bulls-Eye N° 2

 

Marque: Kodak

 

Année: 1896

  

Origine: États-Unis

 

Propriétaire: Georges Hagelberger

 

 

http://www.collection-appareils.fr/x/html/page_standard.php?id_appareil=813

Vous pouvez observer la qualité de l’intérieur de cet objet
dont toute la mécanique fonctionne et est accessible sans difficulté.

Il faut rappeler que c'est le premier appareil à utiliser une pellicule souple.


 

Modèle: Folding Pocket

  

 Marque: Kodak

 

Année: 1897

 

Origine: États-Unis

 

Propriétaire: Georges Hagelberger

 

 

http://www.collection-appareils.fr/x/html/page_standard.php?id_appareil=11952


Chambre photographique de voyage

 En noyer à plaque 13 x 18

 

Année: Fin du 19 ème siècle

 

Origine: France

 

Fabricant: Inconnu

 

Propriétaire: Georges Hagelberger